23 septembre 2017

Quatre visages pour l'espoir et la fraternité, pour le Centre de la Croix Rouge de Fraiture

1011 VISAGES : en réponse à l'appel du Centre d'accueil des Demandeurs d'Asile
de la Croix-Rouge de Fraiture  (Belgique)   j'ai réalisé quatre visages,
délibérément désincarnés pour introduire un peu de rêve et de poésie dans ce monde de brutes.

A l'arrivée au centre, chaque mail-art sera affecté nominativement à l'un des résidents. 
Une exposition doit être organisée sur place en octobre prochain, éventuellement complétée par leurs propres réalisations . Ils espèrent avoir réuni 1011 visages d'ici au 30 septembre 2017.

Evanescence
Quiétude et délicatesse


Solidarité et Fraternité
Les trois ages de la vie
Citoyenne du monde,  je suis révoltée de voir ces milliers de personnes qui doivent tout quitter et risquer leur vie à tout moment pour fuir la violence du monde et la guerre.

 Je souhaite que cette exposition soit couronnée de succès et bien sûr, que ces réfugiés
 trouvent vite un point de chute pour une vie plus digne et pleine d'espoirs.

21 septembre 2017

D72 - Point d'Argentan, de Dani

Magnifique le cadeau du jour ! 
Une belle enveloppe de dentelles décorée, 
 d'un beau jeune homme au jabot travaillé, toute ornée
 jusqu'au faux-timbre sur ce thème ajouté,

 avec à l'intérieur la photo d'une manchette pour prélat, réalisée au point d'Argentan, en provenance du Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d'Alençon ,
Merci beaucoup Dani de me faire profiter de tes sorties culturelles, 
c'est tellement généreux !

20 septembre 2017

Une île très habitée, pour Nanou

 Dans le cadre du jeu de la carte postale et du texte inventé sur le thème
 "une île entre le ciel et l'eau", voici le mail-art que je destine à Nanou.

J'ai tenté d'y recréer l'ambiance d'un sanctuaire rocheux en pleine mer, abritant une
colonie de macareux, ces curieux oiseaux marins qu'il m'a été donné d'observer
lors de vacances bretonnes, il y a  pas mal d'années.

Approchant par la mer tout près d'un des ilôts protégés de la Réserve Naturelle des Sept-Iles
(dans les côtes d'Armor, près de Perros-Guirec),  j'ai pu voir de près ces oiseaux
rigolos, avec leur gros bec très coloré.

C'est la LPO qui créa cette réserve en 1912 pour mettre fin au massacre des macareux moines..
Actuellement c'est  la plus grande réserve ornithologique de droit privé en France.
Nombre d'autres espèces y ont trouvé refuge, comme les guillemots et surtout les fous de Bassan
dont la colonie très dense est particulièrement spectaculaire. 

Le texte associé à cette carte postale, composé avec les mots imposés suivants : 
papotages, pompon, perroquets, souplesse, élégance, marche, godillot
sera publié ultérieurement, à la fin du jeu.

19 septembre 2017

Pitres sur échasses, pour Nanou

Elle aime les clowns et le cirque : voici pour Nanou deux pitres, espiègles, 
grimpés sur échasses pour tenter d'attraper ... le soleil 
(auront-ils plus de chance que d'attraper la lune ?)


Fraîcheur dans un jardin rêvé, pour l'UNAFAM

En réponse au concours d'art postal 2017 lancé par l'UNAFAM 
(Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) 
organisé sur le thème des jardins imaginaires, 
je vous présente celui qui occupe mon esprit à tel point qu'il me semble exister vraiment !

Bienvenue au Jardin de la Goutte d'eau 
(en référence à une chanson bien connue et à une chanteuse oubliée du grand public)


Poussez-en la porte et laissez vous embarquer dans son atmosphère si rafraîchissante et régénérante,  si apaisante... je vous y invite! 

Belle au bois dormant, pour Nadine

Les mystérieux jardins perdus d'Heligan me font rêver avec leurs créatures végétales insérées
dans le paysage : outre cette belle endormie, on y trouve des personnages curieux
et fantaisistes comme un géant ou une sirène alanguie.
Quelle belle découverte que ce jardin anglais !



J'ai voulu partager ce rêve avec Nadine qui aime la diversité des jardins du monde.

18 septembre 2017

Boutons de collection, vers Frédérique - Carnet 1 - 5/2

J'ai eu l'occasion ces dernières années d'aller à Paris voir deux expositions magnifiques 
mettant les boutons à l'honneur :
- la première. en 2010,  à la Fondation Mona Bismark  où le très grand collectionneur de réputation mondiale, Loïc Allio a présenté des pièces exceptionnelles (il en a plus de 10 000)
- la seconde, en 2015, au Musée des Arts décoratifs, où il y avait là encore la participation de Loïc Allio, mais aussi des vêtements superbes, depuis les tenues du temps de la cour des  rois jusqu'aux créations de grands couturiers, également des tenues militaires, où le bouton a tenu son rang pendant très longtemps.

Comme je n'ai pas retrouvé la documentation glanée sur place à l'époque, j'ai essayer d'en reconstituer l'esprit par le biais de ce carnet.




 Voici quelques specimen vus dans l'une ou l'autre exposition.

 


16 septembre 2017

Gyotaku, pour Frédérique - Carnet 1 - 5/1

Pour le premier carnet que je crée, j'ai choisi bien sûr de traiter le Japon pour Fred,
l'initiatrice de ce nouveau mode de correspondance (lire l'article "boutons en vrac").
Plus précisément j'ai envie d'y raconter le rapport des Japonais à la mer, que ce soit dans l'art
ou dans la vie quotidienne, d'autrefois ou de maintenant.

Voilà, je viens de découvrir le Gyotaku, un art japonais très ancien  permettant de conserver la trace des poissons pêchés, à une époque où les nippons n'étaient pas encore les rois de la photo !

 Je ne sais pas si Fred connaît cet art-là et j'espère que cela lui plaira.



Gyotaku : l'art de l'empreinte

Les traces imprimées dont nos mémoires ont  souvent pour caractéristique de disparaître  ou de se déformer. Cet aspect est  peut être encore plus vrai lorsqu’il est question de pêcheurs et de poissons. Les facilités actuelles permettent d’immortaliser nos prises très facilement, mais ce besoin humain de garder trace  est ancien et se manifeste sous la forme de ce sublime Art Japonais : le Gyotaku 
(«gyo»= poisson, «taku» = empreinte).

Le Gyotaku est une technique d’impression inventée par des pêcheurs japonais qui permet de reproduire sur un support de papier ou de soie l’image d’un poisson. 
Le premier type de Gyotaku  consiste à enduire un poisson d’encre de chine puis de presser sur lui une surface de papier japonais (washi). La première technique semble abordable : l’application de l’encre doit s’effectuer dans le sens des écailles, et après avoir recouvert le poisson  le frottage du papier doit s’envisager de la tête vers la queue. Apres avoir décollé le papier, l’oeil est souvent peint à la main.
Le deuxième type de Gyotaku est plus complexe. Le support d’impression n’est plus en papier  mais en soie. Il est dit indirect parce que la soie grâce  à  ses qualités de transparence  reçoit la couleur par le dessus. Un tamponnage des zones que l’artiste souhaite valoriser est alors pratiqué. On voit bien l’intérêt de l’ajout de couleur qui apporte un relief  et un  réalisme visuel bien plus grand.  


Les Gyotaku sont habituellement accompagnés d’un texte relatif à la capture 
ou qui développe une dimension poétique. 

C’est un hommage à la mer : au-delà de la technique, le Gyotaku manifeste pour ses auteurs une forme de remerciement et d’amour envers  la mer qui les  nourrit.

Voici quelques exemples de Gyotaku 








Tzigane, pour Jeanne-Marie

De son tambourin, elle rythme son chant, la petite tzigane ; dans ses habits
très colorés,  près de sa roulotte échouée au bout du village, elle se laisse
emporter par la musique !
Et une petite roulotte brodée de plus pour ta collection, Jamari !

***

ici,  la chanson "Les tziganes" de Léo Ferré à écouter, en voici les paroles :

♪ Les tziganes ♪  -  de Léo Ferré

Ils viennent du fond des temps, allant et puis revenant
Les tzi, les tzi, les Tziganes, les Tziganes
Ce sont nos parents anciens, les Indo-Européens
Les tzi, les tzi, les Tziganes, les Tziganes
Cheval maigre et chien perdu dans la nuit bleue
Quand je passe, je n'ai pas peur d'eux, laï laï laï...

Tu es noir comme l'été quand le soleil m'a brûlé
Ô tzi, ô tzi, ô Tzigane, ô Tzigane
Tu fais des paniers d'osier pour avoir un peu d'osier
Ô tzi, ô tzi, ô Tzigane, ô Tzigane
Le temps t'a hâlé le teint de cuivre et d'or
Le soleil est jaloux quand tu sors, laï laï laï...
 

Ils ont des châteaux roulants, quatre roues meublées de vent
Les tzi, les tzi, les Tziganes, les Tziganes
Ils vont traînant mon destin dans les lignes de ma main
Les tzi, les tzi, les Tziganes, les Tziganes
Le bonheur, c'est un chagrin qu'on a manqué
Aussi, je cours pour le rattraper, laï laï laï...

Tu marches depuis des temps la route roulant devant
Ô tzi, ô tzi, ô Tzigane, ô Tzigane
Quelle faute as-tu commis pour devoir bouger ainsi?
Ô tzi, ô tzi, ô Tzigane, ô Tzigane
Je ferais n'importe quoi pour m'en aller
Ô Tzigane, prête-moi tes péchés, laï laï laï...

15 septembre 2017

D71 - "Tout ce que j'aime", de la part de Liberty

Je n'ai pas de mots pour remercier Liberty de la belle ouvrage qu'elle a réalisée pour moi, et qui réunit tout ce que j'aime :
- une très jolie enveloppe textile composée avec différents morceaux de dentelles anciennes de riche facture,
- de  tous petits points de croix brodés sur une jolie toile très fine, pour indiquer mon prénom, mon adresse et le nom de l'artiste, au dos
- et, cerise sur le gâteau, un petit motif de patchwork en "logcabin",  rebrodé et entouré de fine dentelle lui aussi!

C'est un grand bonheur que de recevoir un tel cadeau ! c'est adorable et cela me touche énormément.


 un très grand merci à toi, Liberty, vraiment, pour cette merveille !

Une île entre le ciel et l'eau, de Maryse

Dans le cadre du jeu de la carte postale et du texte inventé, créé sur notre forum ce mois-ci, voici dans mon courrier du jour, une carte postale venant du bout du monde et qui fait rêver  ! 
Quelle est donc cette île, envoûtante et mystérieuse, vantée par Tara ? certainement une île aux trésors, à découvrir, avec le jacassement permanent des perroquets dans les arbres, les traces des tortues sur le sable, que sais-je encore...?
Merci Tara, pour ce bel envoi !

le texte associé, composé avec les mots imposés suivants : 
papotages, pompon, perroquets, souplesse, élégance, marche, godillot
sera publié ultérieurement, à la fin du jeu.

Bigoudènes endimanchées, pour Yvette

J'avais promis un mail art sur les bretonnes du Pays Bigouden à l'amie Lutin.
Voici donc trois générations de femmes, toutes endimanchées, qui portent
la coiffe traditionnelle ou le bonnet pour la petite.
J'espère que leurs hautes coiffes, si exceptionnelles, tiendront le coup
et ne seront pas trop défraîchies, après leur voyage postal.

***
Il n'est maintenant  plus possible de voir des femmes bigoudènes porter la coiffe ailleurs que dans les manifestations folkloriques, les musées et bien sûr dans les vidéos et les reportages filmés.

La dernière femme du pays Bigouden à porter la coiffe quotidiennement s'est éteinte en 2014. 
En hommage à ces femmes qui ont si longtemps perpétué cette tradition, voici quelques vidéos retraçant leur histoire et ce magnifique savoir-faire.

Vénus de Laussel, pour Jean-Paul

Pour répondre à son appel sur les femmes, sur les civilisations oubliées et aussi pour rendre hommage aux tous premiers artistes homénidés sculpteurs, voici pour Ursu une "Venus" paléolithique.
Dite Vénus de Laussel  parce que trouvée en ce lieu de  Dordogne en 1911, on l'appelle aussi  la Vénus à la corne.  Sa datation approximative la situe au temps des Gravettiens, soit environ il y a moins 25 000 ans .Elle fut sculptée  en bas-relief sur du calcaire puis peinte à l'ocre rouge.

J'espère qu'elle saura lui plaire!

6 septembre 2017

T44 - Rouge-coeur, de la part de Liberty

Aujourd'hui dans mon courrier, j'ait trouvé une superbe enveloppe dans une couleur qui ne m'est pas habituelle. Aucun indice externe me permet d'en deviner l'auteur...
Et vous, vous auriez deviné ? eh bien c'est Liberty qui se manifeste de bien jolie manière

merci Liberty,
ce beau coeur de Givenchy a été parfaitement intégré dans ta riche composition!

5 septembre 2017

B22 - Un arbre tout boutonneux, de Thérèse

De bien grosses et belles pommes à cueillir dans cet arbre chargé au mitan de l'été !



Merci Thérèse pour cette composition  très réussie, 
mêlant mes thèmes bouton et dentelle, le tout sur un support textile : je suis terriblement gâtée !

EA04 - Plantes aromatiques à semer, de Pascale

Quelle prévoyance ! à peine l'été achevé, avec ses salades fraîches joyeusement parfumées avec toutes sortes d'aromates, que voilà déjà les graines pour la génération suivante...

Il faudra attendre le printemps. Alors je les confierai à mon neveu, dans son jardin à la campagne, pour qu'il puisse m'en faire profiter un peu, lors de mes escapades dans mon village rural d'origine.

merci Pascalou pour ce mail-art très "nature" : j'adore !
Aurais-tu la main verte, voire, un petit potager à soigner ? 

F41 - L'important, c'est la rose, de la part d'Elena

Sur un fond de carton ondulé, traité façon parchemin ancien, voici une bien joli rose sur un textile, cousu pour répondre pleinement à mes thèmes de prédilection.

Un grand merci à toi Reine. 
Moi aussi j'aime les fleurs, même si je préfère l'églantine à la rose, car moins sophistiquée 

26 août 2017

Rose thé, de la part d'Eve

Joli mail-art que m'adresse ce jour Eve l'artiste peintre : des couleurs délicates et une
silhouette de femme se devinant derrière le rosier,
tandis que de délicieuses effluves s'échappent de la théière japonaise...
J'aime le timbre choisi : le petit épeautre est une céréale très ancienne remise au goût du jour, notamment dans la drome provençale où on en fait un excellent pain.
Un grand merci Eve!

T43 - Bourvil dans "Le corniaud", de la part de Nadine

Pour compléter son envoi précédent, Nadine met l'accent sur un film
 où Bourvil joue de concert avec de Funès : le Corniaud de Gérard Oury.

J'aime beaucoup Bourvil , comme je l'ai déjà dit, son jeu est fin et il est capable de me faire
 rire ou pleurer. Par contre, j'ai toujours eu beaucoup de mal à regarder Louis de Funès qui ne fait que m'agacer, si bien que je ne peux endurer de regarder un film avec lui jusqu'au bout! 
Ceci explique certainement pourquoi je n'ai jamais regardé ce film-là, pourtant un grand classique.

La vie est belle, par Jeanne-Marie

Voici un très joli mail art tout en mixed-media,  concocté par Jeanne-Marie, infatigable mail-artiste, très créative, qui me conseille de bien profiter des derniers beaux jours de l'été ...
A l'heure où les derniers  épis  sont moissonnés,  faisant fi de tout ce qui l'entoure, 
une demoiselle oublie tout, plongée dans la lecture d'un bon livre. 
Merci Jamari !

24 août 2017

A bicyclette, en bord de mer, d'Isabelle l'Alsacienne

Merci à toi Isabelle de m'emmener faire un tour de vélo sur le littoral de l'Atlantique, du coté de la Vendée je présume, puisque tu m'as laissé l'indice de la pêche au carrelet
 (et son filet, une sorte de dentelle)

Pour moi qui ne verrai pas la mer cette année, ce mail-art arrive à point nommé et me réjouit :
 je pourrai presque entendre le cri des mouettes et des goélands!

Merci beaucoup pour cette virée pleine d'embruns et de sel !

22 août 2017

Les mots de la couture, pour Anne-Louise et son groupe

Comme dans beaucoup d'autres métiers, le vocabulaire de la couture est bien spécifique,
 alors j'en ai fait un inventaire non exhaustif,  brodé machine en piqué-libre.
J'espère que la surprise sera totale pour Anne-Louise la passionnée de couture, animatrice d'un atelier où l'on s'adonne à cette activité,  au sein du centre d'hébergement de
l'association des Papillons Blancs, à Seurre (Côte d'Or). 

Je lui souhaite une bonne réception de cette carte et le plaisir de la découverte du mail-art textile.

Pas de deux, pour Elena

Comme elle aime les danseuses classiques en tutu, voici un pas de deux qui devrait plaire à Elena, d'autant que j'avais en réserve pour elle un timbre un peu grand mais tout à fait raccord avec la scène.

Bien que très passionnante, la  réalisation de ce mail-art a été ardue car c'est la première fois 
que je marie une broderie faite à la main avec des collages de papier, de tissu teint,
de la dentelle, puis ajout de tulle et de plumes pour réaliser le tutu en volume.
Heureusement, je suis arrivée au bout de la tentative sans trop de problèmes...

21 août 2017

Collage cinéma, de Colette

Une nouvelle surprise de Bretagne : Colette m'a fait un collage sympa 
avec les quelques tickets de cinéma qu'elle avait en réserve, dans sa boite à "ça peut servir"
Merci Colette, pour ce petit clin d'oeil à mes mails-arts sur le cinéma !

B21 - Clown jongleur, de Nanou

Dans  ma boite aux lettres aujourd'hui, voici que la famille du cirque s'agrandit :  
Nanou aime les clowns et m'en envoie un qui jongle avec des balles très spéciales !

merci Nanou!

20 août 2017

Haiku sur l'amitié, pour l'anniversaire d'Annie

Ces quelques mots brodés ne manqueront pas d'évoquer pour toi ce qui nous lie, 
depuis notre rencontre il y a huit années déjà. 

En cette fin d'août,  je te souhaite un très heureux anniversaire ! A bientôt peut-être?

19 août 2017

B20 - Boutons et dentelles sur un air de violon, de Michèle

Encore une merveille réalisée par une mailartiste que j'adore! Michèle a su mettre en valeur
tous les éléments qu'elle a réunis sur cette composition : la photo, le carton ondulé marqué en bleu, la dentelle et la carte postale anciennes, la couleur des deux timbres choisis, les boutons
anciens comme les breloques vintages,  tout y est si harmonieux.

Merci, Bobine, c'est tout ce que j'aime : tu me gâtes vraiment!

T42 - Un Vasarely fascinant, d'Isabelle

Victor Vasarely,  un grand peintre à l'oeuvre marquante du 20e siècle!
Merci Isabelle pour le choix de cet artiste et pour le timbre en parfaite harmonie avec 
l'oeuvre que tu as choisie de me faire découvrir.
Un bien joli camaïeu de bleu, de parme et de violet !

Nous avons failli travailler sur cet artiste avec la MJC la saison passée
(son graphisme très géométrique a été énormément repris en patchwork contemporain)
mais c'est finalement Kandinsky qui l'a emporté...

B19 - Boutons et fils en liberté, de Colette

Dans ma boite aux lettres aujourd'hui, une nouvelle création de Colette :
sur un fond de bricolage de brins d'osier bagués de raphia multicolore qu'elle a embelli par du ruban dentelle, sont cousus des boutons anciens avec des fils de coton échevelés.

le résultat fait très "seventies": merci Colette !